AccueilÉvènementsJumelage Saint-Georges de Trappes

            

Près de 200 paroissiens de Saint-Léger et de Trappes, de 8 mois à beaucoup plus, se sont retrouvés pour cheminer ensemble durant toute une journée avec Saint Benoît, en pleine campagne normande.

 

 

 

Ils sont allés à la rencontre de deux communautés bénédictines : celle des sœurs du monastère Sainte Françoise Romaine

 

 

 

et celle des frères de la magnifique abbaye du Bec Hellouin où ils ont pu échanger avec les moines et moniales et…

 

 

 

… participer à la messe à l’abbaye.

 

 

 

 

 

Temps de marche, de prière, de réflexion et partage, de détente, de découverte historique du lieu ont rythmé la journée.

 

 

 

Pour les plus jeunes : temps de jeux et de contes grâce aux remarquables talents de Bernadette et Annette…

Tous sont rentrés riches de ces rencontres et moments partagés.

Quelques échos et photos de cette si belle journée :

« Magnifique journée de rencontres, de prières et de bons moments partagés »

« J’ai ressenti, lors de la marche et du temps de partage par petits groupes que nous faisions profondément communauté malgré nos expériences et nos parcours de vie si différents »

 

« Lors de la marche pour aller du monastère des sœurs au monastère des frères, j’ai été particulièrement touché par ce beau moment de compagnonnage, par la beauté du paysage normand et l’arrivée à l’abbaye est extraordinaire : on ressent un formidable sentiment de paix, de sérénité et de plénitude»

 

 

«Lors de la marche, le rythme des pèlerins du groupe étant plutôt différents, j’ai choisi de rester en arrière pour cheminer avec les plus lents. Très vite, j’ai commencé à parler avec une personne et j’ai adopté son rythme de marche décidant de prendre mon temps et ce fut une très belle rencontre, faite de simplicité, de sincérité et d’attention. Cette rencontre dans la confiance m’a touchée et j’aurais plaisir à retrouver cette personne… »

« Lors des échanges avec une sœur et le père abbé, j’ai été frappé par la justesse de ton : ils étaient ajustés, sereins mais sans cacher les difficultés liés à la vie communautaire (on ne se choisit pas !)

« J’ai été particulièrement touchée par les mots du Père abbé, sa simplicité pour nous parler des moines, hommes ordinaires, « inutiles » au regard de la productivité et pourtant précieux pour témoigner de la vie qui est juste présence et aussi relation à Dieu et aux autres (donc toujours à Dieu !). Ses mots sur l’unité de la communauté monastique et sur l’unité de leur vie m’appelle à unifier ma vie.

Dans la devise attribuée à St Benoit « Ora et labora »= « Prie et travaille » il ajoutait Ama=Aime et précisait que ces trois mots nous concernent tous, quelles que soient nos vies »